Jeudi 23 mai 2024
Accueil / A la une / Conférence sur l’eau ONU 2023 : Intervention du Directeur Général de la DINEPA

Conférence sur l’eau ONU 2023 : Intervention du Directeur Général de la DINEPA

M. Guito EDOUARD, Directeur Général de la DINEPA, lors de son allocution à l’ONU,  New York USA, le 23 mars 2023  

Monsieur le Président de la Conférence,

Distingués Délégués,

Au nom du gouvernement haïtien, je salue l’initiative conjointe des Pays-Bas et du Tadjikistan co-organisateurs de cette conférence de haut niveau autour des efforts déjà consentis et des perspectives combinant « l’eau et le développement durable ».

Qu’il me soit permis de saluer aussi la déclaration du Secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Antonio GUTERRES, dans laquelle il a mis l’accent non seulement sur l’extrême importance de l’eau pour la préservation de nos écosystèmes et de la biodiversité indispensables à la survie même de l’Humanité, mais également a attiré notre attention sur la gravité des difficultés auxquelles est confrontée cette ressource vitale pour les générations actuelles et futures, tout en réaffirmant les objectifs et cibles liés à la gestion efficace et efficiente de l’eau.

Monsieur le Président de la Conférence,

Distingués Délégués,

Comme vous le savez, Haïti traverse une période cruciale de son histoire, caractérisée par une insécurité grandissante qui rend très difficile la fourniture des services de base dont l’eau potable de qualité à la population. Aujourd’hui, les taux d’accès aux services d’eau potable en milieux urbain et rural sont, respectivement, de l’ordre de 68% et 48%. Tandis que le taux d’accès au service de base en assainissement tourne autour de 49%. Toutefois, les résultats significatifs déjà obtenus au cours des cinq (5) dernières années ont été affectés par des phénomènes multiples frappant aussi les autres états insulaires. Il s’agit de : sècheresse engendrée par le dérèglement climatique, pluviométrie perturbée, stress hydrique, déboisement accéléré pour la production démesurée du charbon végétal à partir du bois, difficultés de recharge de la nappe, exploitation non contrôlée des ressources hydriques souterraines. Donc, je voudrais utiliser cette belle tribune pour solliciter un plan d’accompagnement spécial en faveur des états insulaires comme le nôtre.

Le Gouvernement Haïtien est pleinement conscient des enjeux autour de l’eau. Voilà pourquoi la disponibilité de la ressource en eau est, à notre humble avis, une question de sécurité nationale. Pour ce faire, la Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA), en tant qu’organisme autonome de l’État Haïtien, créée par la loi-cadre du 20 janvier 2009, et régulant le Secteur de l’Eau Potable et de l’Assainissement, avec l’appui de ses bailleurs de fonds, a déjà publié le Plan Opérationnel Triennal 2022-2025 élaboré en harmonie avec le Plan National 2022-2032. Il s’agit d’une stratégie pour un accès universel au service d’eau potable, équitable, durable et à coût abordable.

Monsieur le Président de la Conférence,

Distingués Délégués,

La DINEPA que j’ai l’honneur de diriger depuis 2017 est ouverte vers d’autres horizons de partenariat, de collaboration ou de coopération afin de pouvoir implémenter son plan stratégique décennal par la diversification des sources d’approvisionnement en eau potable, donc par la maitrise, la gestion et l’exploitation des eaux de surface, à l’instar de  nos voisins insulaires. Nous ne saurions reléguer en arrière-plan la gestion intégrale des déchets liquides à travers ses trois (3) composantes collecte, évacuation et traitement. Nous saisissons également cette occasion pour signaler, à votre attention, qu’Haïti a déjà élaboré et publié son Plan National d’Adaptation (PNA), prenant en compte la résilience à l’égard de l’eau.

En cette occasion de la célébration de la journée mondiale de l’eau et de l’évaluation à mi-parcours de la décennie des Nations-Unies (2018-2028) pour l’implémentation des actions concernant l’eau et l’assainissement, nous voulons renforcer le plaidoyer autour d’une flexibilité adaptée des procédures et politiques de nos principaux bailleurs de fonds, car le processus de financement de certains projets hydrauliques prend parfois plus de temps que la durée d’exécution de ces projets eux-mêmes.

Pour accélérer ce changement tant souhaité pour l’humanité, nous tous et toutes devons continuer à travailler ensemble pour inverser la tendance actuelle. En effet, l’instabilité politico-sociale et l’insécurité de toutes sortes entrainent parfois un risque de non-disponibilité des services sociaux de base, en particulier l’eau potable pouvant hypothéquer le développement durable dont nous parlons tous et toutes au cours de ces trois journées de débats, de discussions et d’exposés. Donc, une corrélation multivariée à laquelle Haïti face actuellement. En ce sens, la communauté internationale est invitée à soutenir effectivement notre pays.  

En fin, l’atteinte de l’Objectif 6 des ODD est intrinsèquement liée à la définition d’une Politique de l’Eau. Un premier pas a été franchi avec l’élaboration du Plan Hydraulique et d’Assainissement National, sous la Présidence de feu Jovenel MOISE, avec la participation active de toutes les institutions étatiques connexes et de l’Université. Nous nous sommes engagés à travailler dans le sens de cette quête de protection, de préservation et de reconstitution de nos ressources en Eau, ce pour garantir la durabilité des services offerts par le secteur.

Merci de votre bienveillante attention!

Conférence sur l’eau ONU 2023: Délégation Haitienne

About DINEPA HT

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *